loader

LIVRAISON À 1 EURO EN FRANCE À PARTIR DE 60 EUROS D'ACHAT

En stock

Livraison standard 3 à 7 jours

paris-opera-andson-stanley_barker-cover
paris-opera-andson-stanley:barker-1
paris-opera-andson-stanley:barker-3
paris-opera-andson-stanley:barker-2

Paris Opéra

Bill Henson

Stanley/Barker

Date de parution : 01/12/2022
Poids 824 g / Dimensions 31 x 31 cm / 52 pages

Fait partie de(s) sélection(s) :

Au début des années 1990, Bill Henson a été chargé par l’Opéra de Paris de produire une série d’œuvres qui devaient transposer l’effet émotionnel de la musique sous forme visuelle. Pour la première fois, les 50 images de cette série sont réunies dans une monographie grand format délicatement imprimée.

« L’Opéra de Paris est une évolution pour Henson, tant dans son utilisation de la couleur que dans sa façon de présenter les visages humains en interaction par le biais de la convention, le dispositif de cadrage, du visage tourné vers la musique : que ce soit dans l’appréciation ou l’indifférence, ou avec une impénétrable assurance. Regarder des visages, éclairés par le bas, assis dans la pénombre suggère que la seule illumination provient de la scène et ce que ces visages suggèrent est toujours une révélation d’une certaine intériorité avant l’autre événement : le drame musical qui se déroule sous leurs yeux. Le drame du portrait en réponse est au contraire intensément dramatique et Henson a fait des merveilles pour que sa caméra suggère les gradations et les modulations d’une appréhension picturale. C’est un drame plein d’ombre et de clair-obscur, de profondeurs rembrandtiennes de brun et d’or et de vert le plus noir. »

« Henson n’a jamais peur de suggérer un présage juste hors de portée. En effet, il joue sur la possibilité comme un piano ; c’est l’une des raisons pour lesquelles le simulacre du grand art est si manifeste dans ces tableaux les plus picturaux de Henson. Ce sont des représentations photographiques à sens unique de la nature et de l’effet de l’art, leur occasion est l’apparence d’un visage qui écoute, mais ce sont, dans un sens plus complet, des tentatives d’instancier l’idée de l’art, c’est-à-dire l’idée de l’expérience de l’art, sans aucun recours à l’évidence littéraire ou intertextuelle. »

« Comme dans toute l’œuvre de Henson, il y a un sens du drame, un sujet manifeste — voici les personnes formellement habillées pour s’asseoir et écouter, mais au-delà de cette naturalisation d’une affectation complexe et allusive, cette série de Henson est une histoire encapsulée de la façon dont le visage peut être vu quand il regarde ailleurs. »

« Il serait fastidieux et intrusif de lire chacune de ces photographies comme si elles révélaient une histoire, alors que c’est en partie leur capacité à épuiser n’importe quel nombre d’histoires qui leur donne leur pouvoir, qui confère leur littéralisme pictural de la teinte et de la “texture” ; c’est leur croyance apparente dans le pouvoir de l’œil à mettre en évidence la psychologie et la signification morale qui nous fait croire à leur statut et à leur origine en tant que photographies. »

« La plus définitive de toutes ces images est peut-être celle d’un homme d’une soixantaine d’années, à gauche du cadre, avec un jeune fils, à la fin de la pré-puberté. J’ai entendu des descriptions très diverses de cette image, allant de l’incarnation de l’univers des films du Parrain au portrait symbolique du grand romancier australien Patrick White. Peut-être est-ce tout cela à la fois. L’homme, de trois quarts de profil et en tenue de soirée, écoute ce qui pourrait être l’ouverture de La Flûte enchantée pour ce qui pourrait être la dix millième fois. Les allusions à l’enchantement sexuel et général, la puissante corde qui indique le mystère de la signification des choses, rien de tout cela ne lui apprend quelque chose de nouveau. Le visage est consommé par la connaissance, ce n’est pas seulement le visage de tout ce que notre civilisation peut avoir à enseigner, c’est aussi le visage de quelqu’un qui a expérimenté le point de cette connaissance, un visage, aussi civilisé soit-il, qui est en partie dépravé par l’expérience que l’art reflète et donne forme. C’est un visage si mûr qu’il sait qu’il va mourir. Mais le garçon, le garçon est parti ailleurs, la flûte de Papageno appelle, la musique de Sarastro est la musique de la bonté de Dieu et non la crainte de son pouvoir. Le garçon renifle l’air. Sa vie est devant lui. »

« Seul l’art de grande valeur peut être parlé de cette manière, comme si ses moyens exécutifs étaient la plus petite note de bas de page de son contenu et de sa signification. »
Peter Craven, Extrait de l’Opéra de Paris

« Qu’est-ce que ce visage, qui nous brise le cœur, sinon une configuration momentanée de molécules prenant forme et changeant de forme et perdant forme, comme la nuit tombe »
Peter Schjeldahl.

Autres titres disponibles

pia-anderson-stanley_barker-cover

Pia

Christopher Anderson

48,00

Contactez-nous
Nom
Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.