loader

LIVRAISON À 1 EURO EN FRANCE À PARTIR DE 60 EUROS D'ACHAT

En stock

Livraison standard 3 à 7 jours

Gloire-immortelle-Rachidi-Bissiriou-stanley-barker-cover
Gloire-immortelle-Rachidi-Bissiriou-stanley-barker-visuel-1
Gloire-immortelle-Rachidi-Bissiriou-stanley-barker-visuel-2
Gloire-immortelle-Rachidi-Bissiriou-stanley-barker-visuel-3

Gloire immortelle

Rachidi Bissiriou

Stanley/Barker

Date de parution : 02/06/2022
Poids 220 g / Dimensions 19.5 x 20.5 cm / 80 pages
ISBN 9781913288464

Fait partie de(s) sélection(s) :

En 1968, le photographe ouest-africain Rachidi Bissiriou installe son studio photographique, Studio Plaisir, dans sa ville natale de Kétou au Bénin, qu’il exploite jusqu’à sa fermeture en 2004. Le moment est bien choisi – Bissiriou n’a que 18 ans et le Bénin n’a que a déclaré son indépendance de la domination française huit ans plus tôt, en 1960. Armé d’un appareil photo à double objectif Yashica, Bissiriou a documenté ces temps grisants, passant les trois décennies suivantes à prendre des photos en noir et blanc des habitants dans un format standard de 6×6 cm.

Alors que les portraits traditionnels de cette époque présentaient souvent leurs sujets sans sourire et avec une formalité rigide, les images de Bissiriou sont remarquables par leur simplicité et une fraîcheur qui semble tout à fait contemporaine. Tournés sur des toiles de fond unies ou dans la ville où ils vivaient, les sujets de Bissiriou ont posé vêtus de leurs propres vêtements, qui pouvaient aller des vêtements traditionnels ouest-africains tels que le grand boubou, les foulards et les agbadas d’Ankara, à des styles plus modernes qui faisaient signe à l’explosion de culture des jeunes à l’époque.
L’image de deux hommes – chacun portant des chemises déboutonnées jusqu’au sternum, associées à des pantalons évasés, ou un groupe de trois femmes portant des lunettes de soleil posant fièrement avec leurs sacs à main démontre clairement la verve post-indépendance. L’habileté de Bissiriou était de forger une connexion avec ses sujets, d’être capable de les mettre à l’aise et de laisser transparaître leur sens inné de l’expression de soi.

Son appareil photo a souvent capturé ses sujets dans un moment de calme et de repos, tour à tour maître de soi, contemplatif et optimiste. Pour Bissiriou, le désir de devenir photographe était selon ses propres mots, “parce que quelqu’un qui est photographe a la liberté d’aller n’importe où et partout”. Alors que l’objectif principal de ses près de trois décennies de photographie était les habitants et les familles de sa ville natale, les images n’en sont pas moins transportantes, peignant instantanément une image vivante de la société ouest-africaine lors d’un moment de transformation révolutionnaire.

Autres titres disponibles

Contactez-nous
Nom
Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.