loader

En stock

Livraison standard 3 à 7 jours

Frida-Orupabo_Stefanie-Hessler_Sternberg-Press_cover
Frida-Orupabo_Stefanie-Hessler_Sternberg-Press_visuel-1
Frida-Orupabo_Stefanie-Hessler_Sternberg-Press_visuel-2
Frida-Orupabo_Stefanie-Hessler_Sternberg-Press_visuel-3

Frida Orupabo

Frida Orupabo

Sternberg Press

Date de parution : 01/11/2021
Poids 700 g / Dimensions 19.5 x 28.8 cm / 152 pages / fr
ISBN 9783956796234

La première monographie de Frida Orupabo est publiée à l’occasion de son exposition au Kunsthall Trondheim. L’ouvrage contient une vaste documentation sur son travail, y compris sur l’imagerie des médias sociaux que l’artiste produit depuis plusieurs années et qui fait partie intégrante de son œuvre artistique. Les essais de Stefanie Hessler, Lola Olufemi et Legacy Russell donnent un aperçu de la relation entre la pratique de l’artiste et la culture visuelle noire, les archives et la vie numérique.

Dans son travail, Orupabo explore les questions de race, de famille et d’héritage, de genre, de sexualité, de violence et d’identité, tout en considérant la nécessité de la visibilité pour être un sujet politique. Dans son processus de recherche, Orupabo exploite des archives ayant une histoire coloniale, revisitant des images qui ont été créées à travers une lentille racialisée ainsi que sur des plateformes numériques telles qu’Instagram et YouTube. Elle crée des collages à partir de matériel trouvé, à la fois numérique et physique, et des vidéos qui sont présentées dans des espaces d’exposition et distribuées sur les mêmes plateformes en ligne d’où elle obtient du matériel. Les œuvres qui en résultent prennent la forme de figures noires fragmentées, le plus souvent à corps de femme, offrant des lectures variées des histoires et des vies des personnes représentées, dont beaucoup sont à peine mentionnées dans les archives. En libérant les images de leur contexte antérieur, Orupabo incite les spectateurs à les regarder à nouveau. Ce regard peut être déstabilisant, car il se heurte à un contre-regard qui nie toute catégorisation monolithique des personnes représentées. En faisant le lien entre les archives historiques et les plateformes numériques d’aujourd’hui, Orupabo met en avant les structures sociales et politiques qui déterminent la façon dont nous voyons les images, et comment ces structures organisent notre pensée. Ce faisant, son travail propose des alternatives urgentes pour voir autrement.

Vous aimerez aussi

Retrouvez nos dernières sélections

Contactez-nous
Nom